Sélectionner une page

Bio

Né en 1992
Il vit à saint Hippolyte-du-Fort

Il finit ses études à l’ESAD Valence en 2019 après l’obtention d’un DNSEP avec les félicitations du jury. En 2021, il participe à la 27ᵉ édition du festival Parcours de l’art à Avignon ayant pour thème « la liberté ». Il fonde en 2021 avec Fanny Vierne l’association Faisan commun ayant pour objet de diffuser l’art contemporain en milieu rural. En 2022, il participe à la formation Profession Artiste au BBB – centre d’art à Toulouse.

None 2022

Démarche

 Je veux questionner ce qui parait le plus admis, ce que l’on accepte sans notre consentement. En intervenant sur le mobilier urbain, je veux que les passants deviennent spectateurs émancipés, intégrant, par l’expérience de l’anomalie, que la manière dont on appréhende son quotidien peut être remise en cause.

 

 Les publicités rétro-éclairées pullulent dans les villes. Nous passons devant sans y porter attention, et pourtant elles façonnent une partie de notre quotidien. Il a fallu que je reconditionne mon regard pour appréhender ces panneaux comme des surfaces d’expression. Des surfaces qui, si on les active, se transforment en terrain de jeu. En jouant avec notre environnement, je le révèle. En réemployant des codes et des outils publicitaires, en les transposant dans un espace d’exposition ou en les détournant dans des panneaux publicitaires, j’incite les passants, le public à prendre le temps d’analyser ce qu’on lui montre à voir.

 

C’est lors de déambulations nocturnes que je suis le plus à l’aise pour travailler. Je peux prendre le temps d’analyser mon environnement, de repérer les caméras de surveillance, de voir dans quel contexte se situe l’objet de mon intervention. Le contexte où se situe le panneau ou le mobilier sur lequel j’interviens a une grande importance dans ma pratique, parce qu’il va participer à la manière dont va être interprété mon action. De la même manière, la photo ou autre forme de documentation que je capte de mes installations sont créées pour transmettre ce contexte.

 

 En 2016, j’installe ma première affiche dans une sucette. Sur celle-ci est inscrite en gros caractère noir sur fond blanc : »je suis une autruche et je picore ». Le lendemain, une amie me rapporte que, sa mère et elle sont passées devant en voiture. À la vue de l’affiche, sa mère éclate de rire et lui dit : « T’as vue cette affiche ? Mais qu’est-ce qui se passe ici ? On dirait un bug. ».

 C’est ce moment précis qui m’intéresse. Ce moment où un passant voit une interférence, dans ce qu’il considère comme figé, établi. Ce moment où il prend conscience que, ce qu’il ne prenait même plus la peine de questionner, est sabotable. Je veux créer une dissonance cognitive chez le spectateur, je veux qu’il doute du réel. 

 

Expositions collectives

2021

Parcours de l’art « liberté, la trouver, la perdre » église des Célestins, Avignon

2020

Apartelier, saint Hippolyte-du-Fort

 

Formation

2022

   Profession artiste au BBB centre d’art contemporain, Toulouse

2019

   DNSEP option art (obtenu avec les félicitations du jury) à l’ESAD Valence

2018

  Echange universitaire Srichti institute of art and technologie, Bangalore, Inde

2017

   DNA option art (obtenu avec les félicitations du jury) à l’ESAD, Valence